Archives par mot-clé : coeur de pirate

Corbeau

Place-des-Arts-86

Vous m’excuserez pour cette longue absence. Il y a maintenant trois grosses semaines, que j’essaie de mettre des mots sur mes émotions. Comme bien des choses : c’est souvent plus difficile que ça en a l’air.

J’imagine qu’on a tous notre façon de faire sortir nos émotions : certains courent quelques kilomètres, d’autres peignent. Moi, vous aurez compris, j’écris. Pour être en mesure d’écrire un texte qui me satisfait, j’ai besoin de musique. C’est essentiel.

Selon les émotions du moment, j’ai toujours une chanson qui vient se coller à ma peau, dans ma tête et sur mon coeur. Je me mets alors à écouter cette chanson en boucle jusqu’à épuisement de mon cerveau. La chanson, je n’ai jamais besoin de la chercher : c’est elle qui vient me trouver à chaque fois. Il y a trois semaines et des poussières, Corbeau, de Coeur de Pirate, est venue me trouver.

J’ai réalisé, dernièrement, la fragilité de la durée du bonheur. Je me suis rendue compte que dans l’équation du bonheur, ce ne sont pas les variables à l’intérieur de la parenthèse qui changent tout. Je parle là du travail, des relations, de la famille, de la vie sociale et autres. Ce qui change tout dans cette fameuse équation, ce qui fait en sorte que l’équation échoue beaucoup plus rapidement pour certains que pour d’autres, c’est la variable juste devant la parenthèse; celle qui représente le temps.

C’est facile de tout avoir pour être heureux. Ce qui est difficile, c’est de le rester.

Il y a des personnes (et chanceuses sont-elles), qui règlent le tout très tôt dans leur vie en mettant ceci devant la fameuse parenthèse : ∞ . Problem solved : ces gens sont, tout simplement, toujours heureux! D’autres passeront leur vie avec un gros X rouge parce qu’ils ne veulent rien savoir du bonheur.

La plupart d’entre nous auront besoin de réajuster la variable à plusieurs reprises. C’est tellement difficile de trouver celle qui convient à notre équation. Parce qu’on ne sait jamais si l’équation fonctionnera jusqu’à ce qu’elle échoue.

Je n’avais pas envie de vous écrire un texte lourd mais bon, me voici. C’est peut-être le fait que je n’ai jamais été douée en maths, c’est peut-être le fait que je n’ai vraisemblablement pas le bonheur facile… Ou peut-être ce bonheur est-il simplement trop fragile…

Bref, j’écoute encore Corbeau en boucle. Faut croire que je n’ai toujours pas trouvé ces fameux mots à mettre sur mes émotions. Je serai peut-être plus inspirée après les Oliviers.

 

Blue Winter

3f691d997ab719e73a79cbe9811beb25

Quand j’ai appris hier matin, que c’était le Blue Monday, je me suis dit que j’étais mieux de ne pas écrire de la journée, question de ne pas remplir ces pages de mélancolie. J’ai donc passé la journée à cuisiner et à regarder des livres avec mes filles en écoutant du Coldplay.

Mais, en vérité, je suis quelqu’un qui est facilement affectée par la météo, la température et la luminosité. Il me semble que, plus les années passent, plus les hivers sont longs et froids. C’est tellement beau, l’hiver, c’est tellement magique. Ça peut aussi être lourd, par contre, des fois.

Avec une petite fille qui réagit beaucoup au froid (et qui a des mini-jambes qui ont de la difficulté à se déplacer dans la neige), je ne sors pas souvent ces temps-ci. C’est donc difficile d’aller chercher de l’énergie (autre que celle que je prend dans mon café latté quotidien). Vous savez ce qui est encore plus difficile ces jours-ci? C’est de me rendre compte qu’un changement de carrière, ce n’est pas aussi simple que je l’espérais.

Mon manuscrit a finalement été envoyé en édition la semaine dernière, par contre! C’est avec le coeur gros et beaucoup de fébrilité que j’ai donné mes grosses enveloppes à la madame du bureau de poste. J’aurai les réponses des 8 maisons d’édition d’ici six mois environ.

Bon, ce petit texte n’a pas de but précis, autre que pour vous dire que, si je semble moins présente ces temps-ci, c’est simplement pour ne pas vous envelopper de ma mélancolie hivernale. J’écris à chaque jour, ne vous en faites pas. Sauf qu’au lieu d’écrire au son de Coeur de Pirate et Jason Bajada, c’est du Coldplay, qui joue en boucle dans mon iTunes.